proverbe

Publié le par Les Invités au Festin



C'est le ton qui fait la musique

Commenter cet article

liot 13/10/2011 10:06



Je tenais à vous écrire un petit mot d'encouragement.... suite au reportage que j'ai pu regarder sur direct 8 " quartier général. Je trouve votre lieu de vie pleins d'espoirs pour les gens
souffrant de maladie psychologique ainsi qu'à leur proche.Je suis moi meme touché de pret par cette maladie car mon amie souffre de tpl, et au quotidien c'est très difficile à vivre malgrè un
suivi en hdj. Les nombreux séjours en hopitaux psychiatrique m'ont laissé perplexe quand-t-a la gestion de la souffrance et les méthodes pour y remédier. Je me trouve dans le gard plus
précisément à bagnols sur cèze, ou j'ai découvert le gem qui est aussi une association très bénéfique pour les maladies psychiques.


Merci pour votre témoignage qui donne beaucoup d'espoir... et surtout apporte une autre image de la psychiatrie.


J'aimerai que ce genre d'endroit se développe dans le  gard et à bagnols et je m'impliquerai avec grand plaisir ....


Bonne continuation.....



CASSABOIS 20/07/2009 02:52

La Terre.
 La terre respire,
Son souffle c'est le vent,
Son coeur ? Ses volcans.
Elle puise son énergie dans son sol
faisant pousser les tournesols,
Son sang, ce sont ses rivières en fusion,
la pluie sa boisson.
Mais nous sommes arrivés,
et  l'avons polluéMaintenant elle tousse
et bientôt plus rien ne pousse
La nature ne fait pas de cadeau
Elle  réagira sans auciun doute
Il faut se battre coute que coute
Sinon, plus jamais beau.
La terre est un être vivant
si on l'agresse, elle se défend.
Qui pourra prévoir sa réaction ?
Ni moi , ni vous
Ni même la rédaction,
pluie, vent, neige, glace ou grêle,
hiver chaud  ou été froid,
Si personne ne s'en mêle
Dans le mur on va tout droit.
 
Philippe CASSABOIS.

Les Invités au Festin 12/03/2009 14:54

C'est la manière dont on dit les choses qui marque l'intention véritable. Fait-on attention à ce que l'on dit et comment on le dit ? Blesse-t-on les gens sans le savoir ?Sommes-nous pressés de finir nos phrases au détriment de nos interlocuteurs.Jettons-nous les mots pelle-mème dans l'arène de la conversation -